Le Pont de Québec et la Chambre de commerce et d’industrie de Québec | de Trappeurs à entrepreneurs
- Articles, Blog

Le Pont de Québec et la Chambre de commerce et d’industrie de Québec | de Trappeurs à entrepreneurs


C’est 7 hommes d’affaires de la région
de Québec qui ont décidé de fonder la Chambre de commerce en 1809 pour justement démontrer
l’importance du St-Laurent au niveau du commerce mais aussi de la construction navale. Donc c’étaient deux industries, si on veut,
les bateaux, et aussi le commerce via le fleuve qui prenait de plus en plus d’importance
à Québec. Les gens d’affaires de Québec ont été
influencés par Halifax qui a créé la première chambre de commerce au Canada 2 années auparavant. Donc à Québec on s’est dit « pourquoi
pas créer aussi cette force en réunissant plusieurs entrepreneurs autour d’une institution »,
qui est aujourd’hui la chambre de commerce et d’industrie de Québec. Dès 1867, avec la création de la voie ferroviaire
à travers le Canada, Lévis se développait de plus en plus rapidement, alors que Québec
qui avait son port, avait besoin de ce lien ferroviaire-là pour faciliter les transactions
et le déplacement des marchandises vers le centre des États-Unis. On a installé une voie carrossable
sur le Pont de Québec, et justement l’attraction des voitures de plus en plus
grande depuis ces années-là a fait que le pont de Québec est devenu un lien routier
et ferroviaire incontournable maintenant à Québec. La chambre de commerce a été très fortement
impliquée dans la création et l’instauration du Pont de Québec, en appuyant évidement
tout le pouvoir politique de l’époque; cent ans plus tard, la Chambre est encore
active pour maintenir ce lien ferroviaire et routier essentiel à la région, mais aussi
comme patrimoine mondial. C’est un pont unique au monde et on veut
le mettre en valeur, et c’est ce qui permet également à la communauté de se réapproprier
le pont, et la chambre de commerce a été très active dans ce dossier-là. De nos jours, les enjeux de la Chambre de
commerce sont liés à trois grands axes. L’axe des ressources humaines; les métiers
ont changé, les métiers ont évolué, donc les gens doivent être formés et répondre
aux besoins des entreprises innovantes de nos jours. Le deuxième axe est tout le volet de la croissance
de nos PME, qui sont très innovantes et plusieurs rayonnent partout à travers le monde, alors
c’est de les accompagner dans ces réseaux-là partout à travers le monde. Et finalement, le dernier axe, c’est celui
de l’attractivité et l’accessibilité à la région, des enjeux qui sont cruciaux,
que ce soit par les airs, par la voie maritime ou encore par les accès routiers ou du transport
actif. La chambre de commerce historiquement a toujours
soutenu les entreprises de propriété québécoise, ce qui a permis de développer non pas seulement
un tissu entrepreneurial riche à Québec, mais aussi une contribution à la communauté. Pensons aux activités culturelles, pensons
également aux soins de santé, à l’éducation… Tous les entrepreneurs et les familles d’entrepreneurs
de Québec contribuent activement, pas uniquement à l’emploi, mais à l’activité économique
et sociale de la région de Québec.

About Ralph Robinson

Read All Posts By Ralph Robinson

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *